Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/291

Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’a jamais eu mes sympathies ni mon approbation ? Madame la marquise, ce n’est pas à votre âge, belle encore comme vous l’êtes, qu’on s’enveloppe d’un suaire, qu’on se couche parmi les morts. Pourquoi n’iriez-vous pas aux Tuileries ? Je suis sûr que le roi et la reine vous y verraient avec plaisir.

— Non, mon ami, non, répliqua madame de La Rochelandier avec mélancolie. Je suis allée trop souvent aux Tuileries pour pouvoir y retourner jamais, à moins qu’un jour… mais je n’y compte plus. Je me plais à le répéter, ma semaine est achevée ; pour moi-même, je n’espère plus rien ici-bas. Je n’irai pas à la nouvelle cour ; Gaston s’y présentera sans sa mère.

— Qu’entends-je ! M. Gaston, votre fils…

— À Dieu ne plaise que je veuille emprisonner sa vie dans le cercle de mes regrets et de mes affections. Gaston est jeune et n’a