Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/284

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tions amères il avait essuyées. La marquise semblait suspendue à ses lèvres ; de temps en temps, par un mouvement d’irrésistible sympathie, sa belle main blanche et potelée se posait sur la grosse patte de l’ancien marchand de drap, qui prenait alors des airs de vainqueur et se demandait avec une adorable fatuité ce que devait penser madame Levrault, si la digne femme voyait, du haut du ciel, ce qui se passait en cet instant au fond du parc de la Trélade. Quand il eut achevé le récit de ses infortunes, la marquise resta silencieuse, et parut méditer profondément sur tout ce qu’elle venait d’entendre.

— Mon ami, dit-elle enfin avec gravité, je comprends, j’approuve la pensée qui vous a conduit en Bretagne. Votre ambition n’avait rien dont personne dût s’étonner ; pour ma part, je ne connais pas de maison qui ne s’empressât de s’ouvrir devant vous, qui ne