Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/283

Cette page a été validée par deux contributeurs.


médiocrités qui ne lui allaient pas à la cheville, se carraient et se prélassaient sans vergogne dans les hautes sphères du pouvoir. Certes, il était beau de s’élever jusqu’à l’opulence sur les ailes de son propre génie : elle ne savait pas de conquête plus respectable, plus glorieuse, plus légitime ; mais, pour les âmes bien nées, la richesse n’était qu’un instrument, un point d’appui : il n’appartenait qu’au vulgaire de la considérer comme le but suprême de la destinée humaine. Ces paroles de la marquise ne tombaient pas dans l’oreille d’un sourd. Encouragé par l’intérêt que lui témoignait sa compagne, M. Levrault ouvrit les digues de son cœur, et laissa couler à grands flots tous les secrets enfermés dans son sein. Entraîné par le courant, il se livra, à des épanchements immodérés ; il raconta naïvement quel espoir charmant l’avait amené en Bretagne, quelles décep-