Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/270

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la bouche épanouie en un demi-sourire, M. Levrault avait failli étouffer d’orgueil : il avait cru voir une reine. Avec un peu de littérature, il se fût pris pour Leicester recevant Élisabeth dans son château de Kenilworth. Vainement il s’était promis d’échapper au charme de l’enchanteresse : comme ce chevalier dont on avait dévissé l’armure, il avait senti, en moins de six semaines, toutes ses défiances, toutes ses préventions se détacher, tomber, s’évanouir une à une. Était-ce là cette marquise dont avait parlé le vicomte, remplie de morgue et d’insolence, entichée de ses aïeux, ennemie née de toute idée nouvelle, regrettant le régime de la féodalité, et rêvant, dans son château branlant, le rétablissement de la dîme et de la corvée ? Elle portait fièrement son nom ; mais la fierté n’était chez elle qu’une séduction, une grâce de plus. Loin de se traîner