Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/268

Cette page a été validée par deux contributeurs.


un coup d’éclat, montrer aux sots et aux envieux que les Levrault n’étaient pas au ban de la noblesse, qu’ils frayaient, quand ils le voulaient bien, avec les gros bonnets de l’aristocratie. Enfin, ils ne pouvaient se dispenser de faire tout au moins une visite aux La Rochelandier, sous peine de passer, à leurs yeux, pour des gens mal appris, pour de petits bourgeois. Le grand manufacturier s’était rendu à ce dernier argument. Il comptait qu’une fois la visite faite, les choses en resteraient là ; mais Laure et la marquise, chacune de son côté, en avaient décidé autrement. Comment le brave homme eût-il résisté aux manœuvres combinées, de ces deux volontés féminines qui se devinaient l’une l’autre, s’entendaient en silence, marchaient vers le même but, et se prêtaient tacitement un mutuel appui ? J’en connais de plus fins qui auraient succombé. Des rela-