Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/262

Cette page a été validée par deux contributeurs.


yeux qu’un vaste repaire de larrons. Il se défiait surtout du château de La Rochelandier, qu’il s’obstinait à regarder comme une tanière de chouans, comme un foyer de conspirations, comme un centre d’intrigues et de menées légitimistes. On se rappelle qu’au moment où Gaspard traversait la cour de la Trélade, il avait crié d’une voix de tonnerre qu’on attelât, qu’il allait au château de La Rochelandier ; ce n’avait été de sa part qu’une façon ingénieuse de donner le coup de grâce à Gaspard. À tort ou à raison, sans s’expliquer pourquoi, il détestait les La Rochelandier. Je ne saurais dire par quel raisonnement saugrenu ce spirituel bourgeois on était arrivé à les accuser sourdement de toutes ses infortunes. Toutes ses déceptions dataient de l’heure où sa fille avait mis le pied chez la marquise ; la paix et le bonheur étaient sortis de la Trélade en même temps que