Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/260

Cette page a été validée par deux contributeurs.


leur maître, avaient l’air tout à la fois goguenard et consterné. M. Levrault ne sortait de sa chambre que pour se promener sous les ombrages de son parc. Le front baissé, les mains derrière le dos, il pleurait le long des charmilles son titre de baron et son brevet de pair. Ce n’est pas tout. Le dernier entretien qu’il avait eu avec Étienne Jolibois avait laissé dans son esprit des traces qui, loin de s’effacer, s’étaient creusées à la réflexion. Il avait commencé par rire des sinistres prophéties du notaire ; il avait fini par s’en alarmer sérieusement. C’était une âme facile à troubler que l’âme de M. Levrault. Je n’affirmerais pas que ce fût l’âme d’un poltron, mais à coup sûr ce n’était pas l’âme d’un brave. Depuis sa dernière entrevue avec le tabellion, il interrogeait avec effroi l’horizon politique, ne déchirait qu’en tremblant la bande de son journal, et s’attendait à rece-