Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/240

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Vous allez voir, dit la jeune fille en riant de plus belle, que c’est moi maintenant qui vais être obligée de prendre son parti.

— Tu me persuaderas, n’est-ce pas, qu’il a refusé les faveurs de la cour ? Tu me feras croire qu’il s’est jeté dans l’eau pour sauver mademoiselle de Chanteplure ? Allons donc ! s’il s’est montré aux Tuileries, je jurerais que le roi et les princes lui ont tourné le dos. Quant à mademoiselle Fernande, je la soupçonne fort de n’avoir jamais existé. Ne me parle plus de ton Gaspard ; ne viens plus me corner aux oreilles que tu l’aimes, que tu l’adores, que tu n’épouseras que lui ! Il est temps que cette comédie finisse.

— Mais, mon père…

— Je ne veux rien entendre, je te défends de prononcer son nom en ma présence. Le malheureux ! avoir osé se jouer d’un homme