Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/226

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rez, docile à ma voix, venir, en rampant, vous lécher les pieds. Le peuple me connaît, il m’aime ; mais qui peut dire, qui peut prévoir où nous serons, vous et moi, pendant la tourmente ? Arriverai-je à temps pour vous faire un rempart de mon corps, pour détourner le coup mortel, pour vous emporter dans mes bras ? Croyez-moi, monsieur, ne comptez pas trop sur maître Jolibois ; au lieu de rechercher l’alliance d’un gentilhomme qui ne servirait qu’à vous désigner plus sûrement à la vengeance populaire, donnez votre fille à un républicain éprouvé qui protégera tout à la fois votre vie et votre fortune.

— À la pensée de marier sa fille à un républicain, M. Levrault partit d’un formidable éclat de rire et se tordit les flancs dans un accès de folle gaieté.

— Vous êtes fou, mon cher, dit-il enfin à Jolibois un peu déconcerté. Le peuple est