Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/225

Cette page a été validée par deux contributeurs.


millions seront alors un lourd bagage, et je sais plus d’un riche banquier qui s’estimera fort heureux s’il réussit à sauver sa tête.

— Parlez-vous sérieusement, Jolibois ?

— Trop sérieusement, hélas ! Je pense à vous, monsieur, à votre aimable fille. Vous n’avez rien fait, je le sais, pour attirer sur vous la haine et les malédictions du peuple. Vous êtes toujours allé au-devant de ses besoins ; en toute occasion, vous avez soulagé ses misères ; vous n’êtes pas de ces riches égoïstes, impitoyables, qui déclarent que personne ne meurt de faim, une fois qu’ils ont bien dîné. Cependant, vous le savez, dans les tempêtes révolutionnaires, trop souvent les innocents paient pour les coupables. Que deviendrez-vous, juste ciel ? Ah ! sans doute, je veillerai sur vous, sur votre fille. J’apaiserai la colère du lion déchaîné ; vous le ver-