Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/219

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous maintenant pourquoi j’ai crevé mon cheval, pourquoi je suis tombé chez vous comme une bombe ? Comprenez-vous enfin qu’il s’agissait de mon honneur et de votre salut ?

— Il faut convenir, s’écria M. Levrault, que ce vicomte est un effronté coquin. Je n’avais pas attendu jusqu’ici pour savoir à quoi m’en tenir sur sa valeur réelle. Je ne l’avais pas vu trois fois que déjà je trouvais en lui quelque chose de louche. Je m’étais dit tout de suite : Ce n’est pas là un vrai gentilhomme. Croyez bien, Jolibois, que jamais je n’aurais consenti à lui donner ma fille en mariage ; mais, je l’avoue, j’étais loin de m’attendre à tant d’audace et de perversité.

— Vous avez, monsieur, non loin de votre porte, reprit Jolibois en hochant la tête, certain château dont je vous engage aussi à vous défier, à moins qu’il ne vous plaise de tom-