Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Le misérable ! ajouta Jolibois quand il eut tout dit, il avait fait de moi sa dupe et son complice. Ce matin encore, voilà quelques heures, j’étais, comme vous, sans défiance. Je ne soupçonnais rien. Je m’étais laissé dire, une semaine auparavant, que le vicomte allait épouser votre fille ; on m’avait affirmé que le contrat était signé : je m’en réjouissais. Je m’étonnais un peu, je l’avoue, de n’avoir pas été choisi pour rédiger le contrat, je m’étais bercé de l’espoir de devenir un jour le notaire de votre famille ; mais Jolibois n’est pas égoïste, je ne songeais qu’à votre bonheur, je m’applaudissais d’avoir servi de lien entre la maison des Levrault et la maison de Montflanquin, quand ce matin, au saut du lit, un des premiers magistrats de la ville est venu m’apprendre tout ce que je viens de vous révéler. Enfer et damnation ! comprenez-vous mon épouvante ? comprenez-