Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/217

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ancienne noblesse de Bretagne ; mais il avait traîné son blason dans la boue de tous les ruisseaux. Après avoir mangé son patrimoine, il avait trafiqué de son nom et s’était rallié au trône de juillet ; mais le roi, la reine, les princes, les princesses, n’avaient pas tardé à lui tourner le dos. Criblé de dettes, n’ayant ni sou ni maille, de trop bonne maison pour se résigner au travail, il vivait à Paris de la bouillotte et du lansquenet, et aussi de quelques douairières dont pas une, jusqu’à présent, n’avait voulu de lui pour mari. Quant à mademoiselle de Chanleplure, elle avait passé si rapidement sur la terre, que personne ne se souvenait de l’avoir seulement entrevue. Préparé depuis la veille à ces étranges confidences, M. Levrault sentait, à chaque mot de Jolibois, des écailles tomber de ses yeux. Au bout d’un quart d’heure, il ne restait plus rien de son vicomte.