Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/210

Cette page a été validée par deux contributeurs.


votre château : je doute qu’il se relève. Noble animal ! au train dont il allait, il semblait deviner qu’il s’agissait de votre salut, de celui de votre aimable fille.

— Au fait, Jolibois, au fait ! Vous me tenez sur des charbons ardents. J’ai dix chevaux dans mes écuries : si le vôtre ne se relève pas, on le remplacera. On ne perd jamais rien à servir les Levrault. Expliquez-vous. Soyez clair, soyez bref. De quel danger sommes-nous menacés ?

— Dans un instant, monsieur, dans un instant. Que je sache d’abord si j’arrive assez tôt pour vous tirer du gouffre où je vous ai plongé. Le contrat est signé. Qui m’eût dit, hélas ! qu’un autre que Jolibois ?… Je me tais, j’ai perdu le droit de me plaindre. Le contrat est signé ; mais il ne peut avoir de valeur qu’après la célébration du mariage. Eh bien ! ajouta Jolibois d’une voix hési-