Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/197

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tant pour sa propre cause que de partager la défaite et la honte d’un Montflanquin. En moins d’un quart d’heure, il eut improvisé le plan de campagne le plus formidable qu’eût jamais conçu général d’armée en déroute. Il mettait son honneur à couvert, il acquérait des titres sérieux à la gratitude de M. Levrault et de sa fille, il les forçait de reconnaître que les Levrault n’avaient pas un ami plus chaud, plus empressé, plus dévoué que lui sur la terre. Qui pouvait prévoir où s’arrêterait la reconnaissance du grand industriel ? Dans tous les cas, Jolibois échappait à tout soupçon de complicité avec Gaspard, et, s’il ne happait pas les millions, il s’assurait à tout jamais l’estime, c’est-à-dire la clientèle du millionnaire. En passant en revue tous les tours de son sac, il ne désespérait pas absolument d’entraîner ce bourgeois stupide, de détourner le cours de ses