Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/181

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tache au-dessus de ma porte, que vous, monsieur le vicomte, à préserver votre blason de toute souillure. En vous dénonçant les millions de M. Levrault, je n’étais préoccupé que de vous, de l’avenir de votre maison. J’ai eu l’honneur de vous l’écrire : servir sans arrière-pensée les personnes que j’estime et que j’aime fut toujours ma plus douce loi.

— Voilà bien quelques années que je suis votre débiteur, reprit Gaspard sur un ton moins haut.

— De grâce, monsieur le vicomte, ne parlons pas de cette misère. De quoi s’agit-il en réalité ? D’une somme de quatre-vingt mille francs dont vous avez négligé, depuis dix ans, de servir les intérêts. Si vous l’exigez, ajoutons-y, pour règlement de tout compte jusqu’à ce jour, les petites avances que je vous ai faites et qui vous ont permis de vous