Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/169

Cette page a été validée par deux contributeurs.


quillement chez vous. Il reviendra, gardez-vous d’en douter. Ce soir ou demain, vous aurez la joie de le voir reparaître. Observez-le, tenez-vous sur vos gardes, et je réponds qu’avant huit jours vous serez le premier à lui signifier son congé.

Bon gré, mal gré, M. Levrault dut se rendre aux conseils de sa fille. Le lecteur n’avait pas attendu jusqu’ici pour deviner que Laure faisait de son père tout ce qu’elle voulait. La journée s’acheva tristement. Le dîner fut lugubre. Le grand fabricant, que n’égayait plus la présence de Gaspard, était d’une humeur de sanglier ; il gronda ses gens à propos de tout, et en mit deux ou trois à la porte. Sa confiance, un instant ébranlée, était, au bout d’une heure, aussi ferme, aussi florissante, aussi robuste que jamais. Il ne comprenait déjà plus que la calomnie eût osé s’attaquer à Montflanquin et ternir ce