Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/159

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Qu’entendez-vous par là, monsieur le vicomte ? riposta Laure d’un ton mutin. Est-ce à dire qu’on ne saurait choyer et fêter en moi que la richesse de mon père ? En cherchant le secret des cajoleries de la marquise, peut-être trouverait-on celui des prévenances dont nous avons été comblés dès le soir de notre arrivée à la Trélade.

Ici, Gaspard se leva, pâle et froid de colère. Plus pâle que Gaspard, M. Levrault, muet d’épouvante, regardait tour à tour sa fille et le vicomte, et se demandait s’il n’assistait pas à la ruine de ses espérances. Ce qui le rassurait un peu, c’est qu’il pensait rêver et se croyait le jouet d’un abominable cauchemar.

— Restez donc assis, monsieur le vicomte, reprit Laure d’une voix mielleuse et sans avoir l’air d’y toucher. Je n’ai pas eu, croyez-le bien, l’intention de vous offenser. Je ne