Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/150

Cette page a été validée par deux contributeurs.


présente M. le marquis de La Rochelandier, qui a bien voulu m’accompagner jusqu’à la Trélade.

Et la jeune fille raconta brièvement comment le hasard l’avait conduite au château du jeune marquis. Gaspard eût été plus à l’aise dans un buisson d’épines ou sur le gril de saint Laurent ; il eût donné ses breloques, sa décoration de l’éperon d’or et jusqu’à la dernière pierre de son château, pour sentir, au péril de sa vie, le parquet du salon s’abîmer sous ses pieds. La confusion, le dépit, la colère, se partageaient son cœur. Qu’on se figure un autour se disposant à plumer un oison, et qui voit un aigle fondre et s’abattre sur sa proie. Quant à M. Levrault, tout entier à ses préoccupations, il ne devinait rien et ne soupçonnait pas qu’il pût y avoir quelque anguille sous roche. L’intrusion d’un marquis à la Trélade n’avait pas