Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/133

Cette page a été validée par deux contributeurs.


méchantes langues en répandaient peut-être le bruit dans le pays, parlait à tort et à travers de ses liaisons avec les filles de la plus haute aristocratie. Ses anciennes compagnes de pension, qu’elle détestait si cordialement, étaient toutes devenues ses amies intimes. Gaston, en l’écoutant, ne pouvait parfois s’empêcher de sourire. Elle essaya de l’amener, par d’insensibles détours, à s’exprimer sur le compte de Montflanquin ; mais Gaston imita la réserve et la discrétion de sa mère. Seulement, quand Laure l’interrogea sur mademoiselle de Chanteplure, il se mordit les lèvres et ne réprima pas sans peine un mouvement de folle gaieté. Après deux heures de marche, ils aperçurent enfin, à travers le feuillage, le toit de la Trélade.

— Mademoiselle, dit Gaston, qui ne se sentait pas tourmenté du désir de présenter ses hommages à M. Levrault, voici votre de-