Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.


V.

Après un temps de galop sur un terrain ferme et uni, mademoiselle Levrault débouchait dans une vallée étroite et s’arrêtait au pied d’un château qui, bien que mutilé par les ans, gardait encore quelque chose de seigneurial, et se carrait dans sa vétusté comme un hidalgo dans son manteau troué. La nature, toujours bienfaisante, avait mis sur toutes ses blessures un appareil de verdure