Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



REINE, qui est sortie lentement de la maison et tombe à ses genoux.

Oh ! mon cher parrain, comme vous avez de la peine !… Et c’est moi…


BIENVENU, passant à la colère, mais pleurant toujours.

Toi ? (il la repousse.) Oui, au fait ! c’est toi ! enfant de malheur ! Ôte-toi de devant mes yeux, toi à qui l’on offre tout, et qui refuses tout, parce que tu n’as envie que de troubler le bonheur des autres ! Tu n’as pas voulu de Pierre, tu n’as pas voulu de Valentin : il te fallait ce grand sans-cœur de Plantier, parce que je l’avais choisi pour mon gendre. Ce n’était pas assez de désoler mon fils, il te fallait aussi tromper et humilier ma fille, moi, par conséquent ! Ah ! c’est trop, vois-tu ! Tu peux bien, à présent, chérir et suivre qui tu voudras ! je te déshérite de mes bienfaits, je te maudis !


REINE, atterrée, restant à genoux.

Eh bien, écoutez…


BIENVENU, étouffant.

Non ! rien !… je te maudis ! je te… maudis !

Il sort exaspéré par le fond.

MAÎTRE VALENTIN, le suivant. — À part.

Une fille de rien… sans dot… (Haut.) Mon fils, je vous défends de songer à elle ! (À Reine.) Et vous, tenez-vous pour avertie ! vous n’aurez jamais mon consentement, et, si vous résistiez, je saurais si bien ameuter le monde contre vous, qu’on vous forcerait de quitter le pays.

Il sort.




Scène XII


VALENTIN, REINE.



VALENTIN, recueilli.

Reine ! vous voilà bien malheureuse !


REINE, se relevant lentement.

Non ! J’ai la force de souffrir, parce que je n’ai pas mérité