Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée





Scène III


PIERRE, VALENTIN.




VALENTIN, en manches de chemise, sortant du travail.

Eh bien, mon Pierre, tu ne viens pas voir où nous en sommes !


PIERRE.

Non, puisque vous n’avez pas besoin de moi… et que je ne peux pas être seul avec toi…


VALENTIN.

Tu aimes mieux être, seul avec toi-même ? C’est bien, si tu es raisonnable !… Voyons, Pierre ! tu as aussi ta sœur à consoler. Mais croyez-vous bien tous les deux que ton futur beau-frère… ? Ça me parait impossible, à moi !


PIERRE.

Elle n’a pourtant pas dit non ?


VALENTIN.

Elle avait l’air de ne pas comprendre ce que vous lui imputiez, et, ensuite, elle s’est sauvée en pleurant. (Avec un peu d’inquiétude.) Est-ce que tu l’as vue depuis ce matin ?


PIERRE, l’observant.

Non ! Et toi ?


VALENTIN.

Moi ? Pas davantage ; mais je crois qu’elle n’a pas d’autre amour en tête que la danse et les amusements de son âge. Ils sont bien innocents !

Il taille sa cheville sur une souche.

PIERRE.

La danse, un plaisir innocent ? quand on se prend les mains, quand on se parle à voix basse !…


VALENTIN, avec candeur.

Non ! puisqu’elle ne danse jamais qu’avec moi ?


PIERRE, allant s’asseoir sur un tronc d’arbre, près de Valentin, à droite.

C’est vrai, tu m’y fais penser !