Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



BIENVENU.

Pourquoi demander ce que vous savez mieux que moi ? Je parie que vous avez été sur pied toute la nuit, pour voir où en étaient les choses ?


MAÎTRE VALENTIN.

Et vous ? vous avez dormi ?


BIENVENU.

Comme les pierres !


MAÎTRE VALENTIN.

Vous n’êtes donc pas inquiet ?


BIENVENU.

Inquiet ! pourquoi donc ça ?




Scène IV


Les mêmes, PIERRE BIENVENU.




BIENVENU, perdant son affectation de tranquillité en voyant entrer son fils.

Ah !… Eh bien, mon fils, où en sommes-nous ?


PIERRE.

Aussi avancés que possible, mon père. Je viens chercher du vin ; ils sont tous morts de soif, là-bas.


REINE, prenant un baril sur le dressoir.

Je vas leur en porter.


PIERRE, vivement.

Non, Reine, je ne veux pas !… (plus doucement.) C’est trop lourd pour toi.

Il lui prend le baril.

REINE.

Je l’ai porté plus de dix fois !


PIERRE.

Tu as eu tort… D’ailleurs, une jeune fille aller au chantier, au milieu des garçons… ça ne convient pas.