Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée





Scène V



CAMILLE, FLORA.




CAMILLE

Ma sœur ! ma Flora ! ma bien-aimée !… (Elle la couvre de baisers.) Embrasse-moi donc ! je suis si heureuse de te revoir !


FLORA.

Oui oui, bonjour. Camille. Pourquoi es-tu venue ici ? Qu’est-ce que tu me veux ?


CAMILLE.

Ce que je veux ? C’est toi que je veux sauver et ravoir ! je ne veux pas qu’on me vole ma sœur, moi !


FLORA.

Tu ne veux pas ?… Ainsi, tu as couru après moi ? est-ce que tu es seule ?


CAMILLE.

Non : Nina et le maestro sont venus.


FLORA.

Ah ! le maestro ? Le conciliateur est bien choisi !


CAMILLE.

Comment ! lui qui, au milieu du plus beau succès de sa vie, consent à me laisser partir, à m’accompagner à laisser doubler nos rôles… tout cela pour toi !…


FLORA.

Comme je ne compte pas l’en remercier, je désire ne pas le voir. Je suis ici chez moi.


CAMILLE.

Chez toi, pauvre enfant !…


FLORA.

Camille, si vous venez pour m’insulter par vos soupçons…


CAMILLE.

Des soupçons ? Non, je n’en ai pas, moi ! mais tu es aigrie, je m’en doutais bien ! aussi ai-je voulu te voir seule d’abord !