Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



MARINETTE.

Et, pour une fille de campagne, c’est une chance que de se voir emmarquisée.


LE DOCTEUR.

Eh bien, Violette, que répondez-vous ?


VIOLETTE.

Je réponds, monsieur, que ma marraine a raison dans ce qu’elle dit, mais que mon cœur n’est point du tout raisonnable et qu’il est à Pédrolino ; par ainsi, je n’en peux faire cadeau à un autre.


PÉDROLINO, qui, en écoutant, a montré dans ses gestes une grande inquiétude, s’élance en criant de joie.

Ah ! Violette !

Il s’arrête interdit.

LE DOCTEUR.

Ah ! voilà encore ce curieux ! Vous mériteriez que je… Tenez ! à genoux devant cette bonne et brave fille, et tâchez de l’aimer bien.


PÉDROLINO, enchanté.

Ah ! voilà donc que vous me donnez permission d’en être amoureux ?


LE DOCTEUR.

Oui ; mais à condition que vous ne penserez pas à elle en faisant votre ouvrage… Moi, je vais répondre à M. Léandre qu’il n’a que faire de revenir ; j’irai rendre aussi ma petite visite d’arrivée au bailli de Récoaro.

Il sort par le fond.

VIOLETTE.

Eh bien, dites donc, monsieur le docteur, est-ce que vous voulez toujours que je m’en aille ?


LE DOCTEUR.

Nous verrons ça, nous verrons ça ; attendez ici que je revienne vous le dire.