Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/5

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




PRÉFACE


Quand nous avons abordé le théâtre, le matérialisme l’avait envahi. À la suite des événements politiques, les maîtres s’en étaient un peu retirés ; les talents de second et de troisième ordre n’avaient pas cherché à lui imprimer une direction nouvelle, et nous n’avions pas la prétention d’y apporter la moindre découverte. Le succès très-inattendu d’un ouvrage très-simple (François le Champi) ne nous enivra pas, et, depuis, jamais l’ambition de supplanter personne ne nous a jeté dans ces luttes fiévreuses qui font, de la vie des auteurs dramatiques, une vie à part, toute d’émotions violentes ou de poignantes anxiétés. On assure que, sans cette agitation, sans les ardentes rivalités, sans les petites perfidies, sans la rage du succès à tout prix, on ne peut arriver aux grands triomphes : nous ne le croyons pas ; nous avons vu des preuves du contraire, même chez les auteurs les plus suivis, les plus applaudis et les plus enrichis.

La grande force et la seule vraie, c’est le talent. Tout le reste est factice, et le succès même ne prouve pas toujours ;