Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/451

Cette page n’a pas encore été corrigée



ARMANDE.

Non, j’y vois trop de danger pour moi. Vous feriez un éclat, ou bien vous écouteriez les mensonges de M. Baron.


MOLIÈRE.

M. Baron, toujours M. Baron ! Dites donc ce que vous voulez dire !


ARMANDE.

Molière, c’est une affaire fort délicate. M. Baron me poursuit de son amour depuis qu’il est hors de page. Je ne m’en soucie ni ne m’en inquiète ; mais je trouve révoltante cette trahison envers vous et n’en puis être plus longtemps complice par mon silence. Je vous prie donc de l’éconduire, sans lui en dire le motif : promettez-le-moi.


MOLIÈRE.

Tout ceci me met en défiance, je ne vous ferai point cette promesse, que vous ne m’ayez donné la preuve de ce que vous avancez.


ARMANDE.

Cela m’est bien facile ! mais c’est un échange ? ma preuve contre votre parole de n’en souffler mot à Baron ?


MOLIÈRE.

Je vous promets de ne lui point parler de cette preuve. C’est à moi de la juger.


ARMANDE.

Molière n’a jamais donné sa parole en vain !


MOLIÈRE.

Vous le savez.


ARMANDE.

Lisez donc.


MOLIÈRE, regardant la lettre que tient Armande et sans l’ouvrir.

Elle est bien froissée, cette lettre ! Il y a donc longtemps que vous l’avez reçue ?


ARMANDE.

Je l’ai reçue ce soir, et c’est dans un mouvement d’indignation que je l’ai mise en l’état où elle est.