Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/391

Cette page n’a pas encore été corrigée



PIERRETTE.

Peut-être bien demain.


LA PETITE MADELEINE.

Tu dis toujours comme ça, demain !… Est-ce que vous pleurez, mon papa, que vous avez la figure toute mouillée ?


MOLIÈRE.

Non, ma fille, non pas ! (À Pierrette.) Emmène-la ; il ne faut point que les enfants voient des larmes ! (À sa fille.) Va courir dans le jardin, mademoiselle, et tu reviendras déjeuner avec moi.

Pierrette conduit l’enfant à la porte et la regarde s’en aller.




Scène IV


PIERRETTE, MOLIÈRE.




PIERRETTE.

Qu’elle est belle ! hein, monsieur ?


MOLIÈRE.

Belle comme sa mère !


PIERRETTE, à part.

Tout lui fait mal, même sa fille ! (Haut.) Allons ! monsieur, voici l’heure de dormir, puisqu’on vous a fait des vacarmes toute la nuit.


MOLIÈRE.

Ils sont partis ?


PIERRETTE.

Oui, et vous aurez enfin une matinée tranquille.


MOLIÈRE.

Dormir, c’est une fiction pour moi. Tiens, Laforêt, je me trouverais beaucoup mieux de respirer l’air du matin. Ouvre-moi les fenêtres. Les fumées de leur vin ont monté jusqu’ici.


PIERRETTE.

C’est vrai qu’on en a le cœur tribouillé par toute la maison.


MOLIÈRE, debout à la fenêtre.

Une belle matinée de printemps ! Le soleil est levé, les oi-