Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/386

Cette page n’a pas encore été corrigée


n’est point le roi de France, c’est l’univers entier qui signe aujourd’hui vos lettres de noblesse.

Il passe ; tous le suivent.




Scène XIX


MADELEINE, PIERRETTE.



Madeleine, qui est restée la dernière avec Pierrette, chancelle au moment de sortir ; Pierrette la retient dans ses bras.



PIERRETTE.

Eh bien, mademoiselle Madeleine, est ce que vous vous trouvez mal ? Comme vous voilà blêmie !


MADELEINE.

Ce n’est rien… ce n’est rien… Il faut aller danser !… Laforêt !… Ah ! ma pauvre Laforêt !…

Elle tombe en sanglotant et en criant dans les bras de Pierrette.



ACTE TROISIÈME


À Auteuil. — Une chambre de travail confortable mais simple, éclairée faiblement par une lampe à chapiteau. Un bureau avec des papiers épars. Une fenêtre fermée de rideaux épais est à la gauche de Molière. Le bureau se trouve entre cette fenêtre et le canapé. Une porte, à la droite de l’acteur, conduit il la chambre à coucher de Molière.




Scène PREMIÈRE


MOLIÈRE, BARON.



Molière, seul d’abord, à demi couché sur un canapé, est immobile, les yeux ouverts. On entend confusément chanter derrière le théâtre. Puis Baron ouvre la porte du fond et s’approche sur la pointe du pied. Par cette porte, on entend distinctement ce refrain :

     Le plus grand malheur, c’est de naître.
     Le seul bonheur, c’est de mourir.