Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée



rémy.

Ça va très bien. Vous êtes bien honnête.


fauveau.

à part. Ça va se gâter ! (De sa place, au père Rémy.) Dites donc, père Rémy !


rémy.

aux autres. Souffrez-moi d’entendre ce que M. Ronciat me veut dire : j’attends, y sommes-nous ?


denis.

M’y voilà ! écoutez bien. Différemment, je vous ait fait du tort, vous m’en avez fait aussi. Vous voulez me faire passer pour un sans-cœur ? Vous faites bruit de votre histoire, ça se répand vite ! Vous voulez ameuter la population contre ma personne ; car en revenant ici, j’ai trouvé toute la paroisse en émoi. « Ah ! coquin ! tu as fait chasser le père Rémy ; mais voilà la Grand’Rose qui le ramène en triomphe ! » Et les femmes me montraient le poing, et les enfants voulaient me jeter des pierres. Tout ceci me donne du ridicule ! Vous m’avez fait congédier par la bourgeoise de céans qui ne me voyait point d’un mauvais œil.


rose.

Insolent ! Vous vous trompez bien.


denis.

Oh ! ne nous fâchons mie ! Vous me voulez parler en public, je parle en public ! Différemment, je ne peux pas rester comme ça. Père Rémy ! Il faut en finir. Faut vous prononcer. Qu’est-ce que vous exigez de moi en réparation du chagrin dont je vous ai mortifié dans les temps ? Si la somme n’est point trop forte on peut s’accorder.


rémy, toujours calme.

La somme ? Ah ! vous m’offrez de l’argent, monsieur Ronciat


denis.

Voyons ! est-ce que vous m’entendez point ?