Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/286

Cette page n’a pas encore été corrigée


mais nous verrons là-haut, nous autres, qui sera le plus près du Dieu juste ! (Entraînant Claudie dans le fond.) Viens, ma Claudie ; allons nous-en ! Il me reste encore assez de force pour gagner ma pauvre cabane, où je veux mourir en paix !


la mère fauveau et rose, éperdues.

Non, vous ne partirez pas comme ça père Rémy ! père Rémy !


rémy, s’exaltant toujours.

Retirez-vous ! Nous ne voulons plus rien de vous autres. Ah ! vous croyez que je n’aurais plus la force de défendre ma fille : essayez-y un peu !

Il sort avec Claudie en menaçant avec égarement les personnages qui veulent s’opposer à son départ.



ACTE TROISIÈME


Même décoration qu’au deuxième acte. La table qui était à droite est à gauche ; dessus est une soupière, une assiette, un couvert.




Scène PREMIÈRE


FAUVEAU, LA MÈRE FAUVEAU.



Fauveau est assis à la table où son souper est servi ; il n’y fait pas attention. Il fait face au public.



la mère fauveau, assise près de lui à gauche.

Eh bien, mon mari, mangez donc votre souper.


fauveau., l’air contrarié.

Merci, femme, je n’ai pas faim.


la mère fauveau.

Avalez une verrée de vin blanc. Ça vous remettra en appétit.


fauveau.

Non, femme, je n’ai pas soif.