Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/279

Cette page n’a pas encore été corrigée



sylvain.

Mais si c’étaient des vérités ?


claudie.

Je ne crains pas qu’aucune vérité dite sur mon compte me mérite l’affront des bons cœurs et des honnêtes gens.


sylvain.

Aussi ceux qui vous affrontent ont grand tort ; mais vous auriez pu éviter cela en allant de vous-même au-devant des accusations.


claudie.

Pourquoi faire, puisque je ne voulais point rester ici ?


sylvain.

Mais une personne comme vous doit vouloir emporter l’estime d’un chacun ?


claudie.

Ça ne regarde que moi !


sylvain.

Ça regarderait pourtant l’homme qui vous aimerait ?


claudie.

Qui m’aimerait ! Je ne veux point être aimée.


sylvain.

Vous souhaitez pourtant vous marier ?


claudie.

Vous vous trompez bien.


sylvain.

Oh ! par exemple, si Denis Ronciat voulait vous épouser, vous feriez peut être votre devoir et votre contentement en le voulant aussi ?


claudie.

Je crois que je ne ferais ni l’un ni l’autre.


sylvain.

Ce n’est point ce qu’il dit !


claudie.

Il parle de moi ? Eh bien, moi, je ne parle point de lui !


sylvain.

Écoutez, Claudie, ne vous faites point comme ça arracher