Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/247

Cette page n’a pas encore été corrigée


vous faites céans, Claudie ? Si vous y êtes servante, il n’y a pas grand temps !


claudie.

J’y suis venue en moisson, et je m’en vas ce soir.


denis.

Vous êtes venue en moisson ! C’est donc vous cette fille qu’on m’a parlé, qui mène si bien la faucille ? Si j’avais connu que c’était vous ?


claudie.

Vous ne seriez point venu ici, aujourd’hui ?


denis.

Je ne dis pas ! Différemment sans doute que pour travailler comme ça, il faut que vous soyez un peu dans la peine ; et si vous êtes comme ça dans la peine, ça serait à moi de…


claudie.

Eh bien ?


denis.

Ça serait à moi de vous assister.

claudie, laissant tomber la serviette et le gobelet, et allant à lui. Avec fierté. Où auriez-vous donc pris le droit de m’assister, Denis Ronciat ?


denis, à part.

Diable, diable ! Je pensais qu’elle allait me rappeler ça, et la voilà qui fait celle qui ne s’en souvient tant seulement point. Ah ! ma foi, tant pis, je vas brusquer les choses, moi. ( Haut.) Ça donc, vous ne souhaitez rien de moi ?


claudie.

Rien du tout.


denis.

Ah ! vous êtes toujours fière ! Cette fierté-là ne vaut rien, Claudie, et j’ai dans mon idée que vous êtes venue ici pour tirer une vengeance de moi.


claudie.

Ça serait un peu tard ! Après cinq ans…