Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/237

Cette page n’a pas encore été corrigée


mais on a fait son devoir à la guerre, et à présent on fait sa corvée dans les champs de blé !


fauveau, avec intention, regardant Claudie.

Un peu grâce à votre petite-fille, qui fait la moitié de l’ouvrage. Allons, je ne me plains pas de vous. À vous deux, vous avez sans doute fait ce que vous pouviez.


la mère fauveau, qui est passée à droite, à Claudie.

Vous paraissez vannée de fatigue, ma fille ; vous allez manger un morceau devant que de partir, et votre père aussi ?


claudie.

Grand merci, mère Fauveau, nous n’avons besoin de rien.


la mère fauveau.

Si fait, si fait ! (Elle regarde Sylvain qui lui fait signe d’insister, puis elle retourne à son ouvrage près du puits)


fauveau.

Nous disons donc que vous avez une vingtaine de journées, je crois ?


sylvain.

Une trentaine, mon père…


claudie, près de son père.

Faites excuse tous les deux, nous en avons vingt-cinq.


fauveau, étonné.

Tant que ça ?


rémy, regardant Claudie.

Vingt-cinq journées, pas une de plus, pas une de moins.


fauveau.

Je ne dis pas non. Et vous demandez pour ça ?


rémy.

Comptez vous-même ; vous savez bien ce que vous donnez aux autres.


fauveau.

Ce que je baille aux autres, oui ! Mais à vous deux, vous ne m’avez pas fait l’ouvrage de…