Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/233

Cette page n’a pas encore été corrigée


femme qu’il regarde, et si on dit un mot de travers, il tourne sa vue d’un autre côté. Il est plus fier là-dessus que porté sur l’argent. Faites attention à ce que je vous dis, mon vieux, et ne vous fourrez point dans des trigauderies qui ne nous profiteraient point.


fauveau.

avec humeur. Oh ! Toi ! Tu ne crois jamais à rien ! Tu me prends pour une bête !


la mère fauveau.

Non pas ; mais pour un rêveur, un peu finasser, un peu curieux, un peu fafiot, enfin ! Tu as de l’esprit, au fond, et un bon cœur d’homme. Faut pas gâter ça par des ambitions déplacées.


fauveau.

Est-ce que tu crois que Sylvain serait amoureux par ailleurs, que tu m’as dit, oui, quand je t’ai questionné devant la bourgeoise ?


la mère fauveau.

Oui, je le crains…


fauveau.

Tu le crains, c’est donc que…


la mère fauveau.

Taisons-nous là dessus, le voilà.


Scène IV

LA MÈRE FAUVEAU, SYLVAIN, FAUVEAU.



fauveau.

à Sylvain qui entre du fond. Il tient une fourche qu’il dépose à droite à l’entrée ? Costume de travail. Grand chapeau de paille. Sa blouse est attachée sur son dos. Et bien ! mon fils ? Te voilà si tôt rentré ? As-tu rencontré la bourgeoise ?


sylvain.

Non, mon père, je rentre pour vous dire de tirer le vin, la gerbaude me suit. (Sa mère lui essuie la figure et l’embrasse.)