Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/179

Cette page n’a pas encore été corrigée


tu n’étais pas comme ça quand on t’a chassé de la maison.


FRANÇOIS.

Puisque, par l’effet de votre bonté, j’ai été forcé de voyager, madame Sévère, c’est à vous que j’ai l’obligation d’avoir appris l’honnêteté ; et, s’il vous plaisait me laisser causer un brin avec vous, vous ne me trouveriez peut-être plus si mal éduqué que par le temps passé.


SÉVÈRE.

Tiens, il a appris à parler, ce garçon-là. (À part.) Et il est, ma foi, devenu joli homme tout à fait. (À Jean Bonnin.) Eh bien, qu’est-ce que tu fais là, comme un nigaud, à regarder les images de la cheminée ? Dirait-on pas que tu as froid ! il faut être plus dégourdi que ça quand on vient voir sa belle. Allons, éveille-toi, cherche-la dans le moulin ou dans le verger, puisqu’elle n’est point dans la maison.


FRANÇOIS, à Jean Bonnin.

Vous souhaitez voir notre jeune demoiselle ? Je crois bien qu’elle est allée jusque chez sa cousine Fanchon.


JEAN.

Diantre ! ce n’est point tout près d’ici ! C’est égal, je m’en y vas.

Il sort.

FRANÇOIS, à part.

Va, mon garçon, et tâche de la rencontrer.




Scène III


FRANÇOIS, SÉVÈRE.




SÉVÈRE.

Eh bien, qu’est-ce que vous avez à nous conter, le beau meunier ?


FRANÇOIS, d’un ton patelin.

Je voulais vous parler d’affaires, mais vous dites là un mot… Dame ! on vous en conterait bien, si on l’osait ! C’est que vous êtes diantrement belle femme, da ! vous n’avez