Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.


il était impossible que l’on me vît du jardin voisin, qui était plus bas de niveau, j’écoutai comment répondrait le personnage interpellé, lequel, apparemment, n’était séparé de moi que par l’épaisseur du pilastre.

À ma grande surprise, ce fut une voix d’homme qui reprit :

— Voyons, folle, est-ce que je me cache ? Veux-tu bien me rendre mon chapeau ? Après ça, jette-le si tu veux, il n’est pas à moi !

— C’est donc ça qu’il te va si mal ! Mais pourquoi essayais-tu de grimper par là ?

— Qu’est-ce que ça peut te faire ? Es-tu jalouse d’un mur ?

— Non, mais de ce qu’il y a derrière. Oh ! ne ris pas ! tu m’exaspères ! C’est la seconde fois que je te surprends à essayer de regarder par là. Tu as par là quelque rendez-vous, sous mon nez ! Eh bien, je saurai ce qui en est !

— Tu veux passer par la terrasse malgré le pilier ? Voyons, descends de là ! Veux-tu bien… Le diable m’emporte, tu es folle !

— Qu’est-ce que ça me fait de me tuer, si tu me trompes ?

J’entendis un bruit léger et comme une sorte de lutte qui se termina par un baiser. L’homme emportait la femme, qui sans doute avait grimpé sur la balustrade, tentative périlleuse et inutile pour pénétrer par là dans