Page:Sand - Narcisse, 1884.djvu/237

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sonne, aucune susceptibilité à ménager. Seulement, j’exige que vous agissiez au grand jour, et que vous ne cherchiez pas à la compromettre par de ridicules cachotteries. Vous savez que mademoiselle d’Estorade reçoit chez elle qui bon lui semble. En outre, ma maison vous reste ouverte. Je ne veux pas qu’il soit dit, surtout par vous, que j’exerce sur elle une influence contraire à son penchant. Pour compléter l’impartialité de mon rôle, je m’engage à ne pas lui dire un mot contre vous pendant trois jours. Après ce délai, si vous n’avez obtenu aucune espérance, vous partirez, je vous le déclare, et, si vous ne m’en donnez votre parole d’honneur, nous aurons très-sérieusement affaire ensemble.

— Je n’en crois rien, monsieur, répliqua Albany avec la douceur d’un homme peu facile à intimider. Vous savez que je ne reculerais pas, et vous ne voudriez pas m’amener à un éclat, si vous me jugiez capable de chercher à entacher la réputation de mademoiselle d’Estorade. J’ai eu tort de venir ici, j’en conviens ; je croyais cette maison encore inhabitable et ce jardin à l’abri de tous les regards. Je me suis trompé. Je puis être imprudent, mais non infâme, et vous n’aurez pas besoin, si je suis repoussé, de chercher à me faire peur. Ce serait fort inutile ; mais il ne s’agit pas de cela. Refusé, je me retire sans murmure et sans ressentiment. Encouragé, je reste, dussiez-vous me chercher querelle à toutes les heures du jour.