Page:Sand - Narcisse, 1884.djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.


venue le voir, et s’en est occupée toujours depuis, comme de la prunelle de ses yeux… Il est notoire que l’on connaissait Albany, du temps qu’il s’appelait Alban Gerbier, en Touraine ! Et peut-être que, dans ce temps-là, on n’était pas trop laide ! Quelquefois les accidents font tourner la taille, quand on est délicate de santé, etc., etc.

» J’étais furieux d’entendre les horreurs que cette fille disait de sa bienfaitrice ; et pourtant, voyez comme on a l’esprit faible, ça me faisait un effet comme si on m’apprenait une chose dont je m’étais toujours douté, et qui ne pouvait pas être autrement. Dieu sait, pourtant, que je n’y avais jamais songé, et que j’étais indigné de l’entendre dire.

» Je ne cachai pas à cette Julia que je la trouvais abominable, et que j’allais tout redire à mademoiselle d’Estorade pour la faire chasser. Elle continua quand même, jusqu’à ce que, la voyant revenir vers nous, elle se levât, sans rien faire connaître de son idée, et s’enfuît par une autre sortie du jardin.

» — Il faut que je vous parle, dis-je à mademoiselle d’Estorade. Cette fille est une vipère, et vous ne pouvez pas la garder un jour de plus auprès de vous.

» Et je lui rapportai sans ménagement tout ce qu’elle avait dit.

» — Bah ! bah ! répondit Juliette avec sa tranquillité ordinaire, elle est folle, voilà tout, et, si elle continue, je