Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Le Diable aux champs.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mande jamais le nom d’aucune plante : je serais désolée de le savoir ; et pour une direction dans le plan de vos parterres ou dans la distribution de vos massifs, n’y comptez pas non plus. Si c’est bien, si c’est beau, je vous en ferai compliment ; si c’est mal, je ne vous dirai rien et ne vous ferai sentir mon déplaisir que par mon absence. Mais si je cause avec vous, ce pourra bien être de la première chose qui me passera par la tête pour le moment, puisque c’est ainsi, sachez-le, que je cause avec tout le monde.

FLORENCE. — À la bonne heure, madame la comtesse, si vous causez de n’importe quoi, avec n’importe qui…

DIANE. — Eh bien, causons donc, car je m’ennuie un peu, et j’ai la curiosité de savoir avec qui je cause.

FLORENCE. — Pardon, madame, mais si je passe mon temps à causer, mes fleurs en souffriront. Voilà des bruyères qui veulent être rempotées et des mimosas qui meurent de soif.

DIANE. — Si cela meurt, on en achètera d’autres ; j’ai le moyen de payer une heure de votre loisir et du mien, et si vous persistez à travailler quand je veux vous faire parler, je croirai tout de bon que vous me haïssez à première vue, comme je le disais tout à l’heure. Vraiment, c’est si drôle que… Tenez, monsieur Florence, je meurs d’envie de rire, et je ne sais pas pourquoi.

FLORENCE. — Eh bien, moi aussi, madame, l’envie de rire me vient, je ne sais pas trop pourquoi non plus.

DIANE. — Pourquoi ? Je vais vous le dire, c’est que vous vous moquez de moi.

FLORENCE. — Ah ! c’est ce que j’allais dire. Je croyais que madame la comtesse me faisait cet honneur-là.

DIANE. — Moi ? pas du tout ! Mais je ne suis pas votre dupe. Voyons monsieur Florence, convenez-en, vous n’êtes pas plus jardinier que moi ?

FLORENCE. — Vraiment ? Que serais-je donc ?

DIANE. — Je ne sais pas ; mais vous n’êtes pas jardinier.

FLORENCE. — À quoi voyez-vous cela, madame ?

LIANE. — Mon Dieu, à tout ! D’abord, à votre teint qui