Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Le Diable aux champs.djvu/267

Cette page n’a pas encore été corrigée



SCÈNE III


Sur la place du village de Noirac, près du porche de l’église


JEAN, COTTIN, PIERRE, GERMAIN, LE BORGNOT, et une douzaine d’autres paysans.



GERMAIN. — Tu dis qu’il n’est point pour le partage et qu’il est républicain ? Eh bien, moi, je dis que c’est un faux républicain comme les autres.

LE BORGNOT. — Vous voulez donc ça, vous, à présent, père chose, le partage ?

GERMAIN. — J’en veux si j’y gagne, je n’en veux point si j’y perds. Je veux un partage qui donne au paysan sans lui ôter ; et après ça, un roi ou un consul pour empêcher le dérangement de la chose, et je serai content.

JEAN. — Mais les consuls pas plus que les rois n’entendent le partage. Où diable cherchez-vous ça, vous, un roi partageux ?

GERMAIN. — Faudrait bien qu’il l’endure, un coup que la chose serait faite. Ça serait à recommencer comme dans l’ancien temps que j’ai vu, moi. Une révolution pour faire nos affaires, et puis un homme bien entendu pour nous les conserver.

PIERRE. — Comme ça, c’est donc une révolution que vous souhaiteriez, mon père ?

GERMAIN. — Non, je n’en veux point ; mais s’il en vient une comme l’ancienne, et qu’on soit forcé d’y répondre, au moins faut-il qu’elle se tourne à notre idée.

LE BORGNOT. — Qu’est-ce qu’il dit de ça, lui, monsieur Jacques ?

PIERRE. — Il dit qu’un partage ruinerait tout le monde ; et je n’ai guère envie d’être ruiné, moi. Il dit que ça serait la ruine de la terre, qu’un chacun continuerait à tirer de