Page:Sand - L Autre.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARCUS, à Hélène.

Eh bien, te voilà rayonnante d’avoir revu ton bel oiseau du Nord ?


HÉLÈNE.

Je ne fais pas mystère de ma sympathie pour lui… je suis à moitié sa compatriote, et puis il nous aime tant !


MARCUS.

Parle pour toi ; moi, il me déteste ! (Au docteur.) Est-ce un aussi habile médecin que l’on dit ?


LE DOCTEUR.

Mon opinion sur lui n’a pas changé… C’est un homme de génie, un cerveau lucide… je dirai même lumineux ! ce n’est pas encore un praticien consommé, il est un peu spiritualiste, il voit tout en bleu de ciel ; mais ça passera… il est jeune !


MARCUS, à Hélène.

Tu le trouves jeune, toi ?


HÉLÈNE.

Il est de ceux dont on dit qu’ils le sont encore.


MARCUS.

Encore… C’est-à-dire presque plus !

Hélène retourne auprès de la comtesse.

CASTEL, qui s’est rapproché.

Vous êtes bien fier de votre petite moustache tortillée en clef de sol, vous.


MARCUS.

Oh ! vous, père Castel, vous n’aimez pas la jeunesse.


CASTEL.

Si fait, quand elle est jeune !


MARCUS.

Et orageuse, comme fut, dit-on, la vôtre ?