Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mon insu, prise pour complice d’une infidélité envers vous, à qui nous avons dû un si beau succès. Après beaucoup de détails trop longs à retrouver, La Rounat m’a donné sa parole d’honneur qu’au moment où il avait engagé Brindeau, M. Harmant lui avait absolument refusé de vous rendre votre liberté, en lui démontrant par a plus b que cela était impossible.

J’ai cette affirmation depuis si peu de temps, que je n’ai pu vous l’écrire. Elle était, d’ailleurs, assez inutile. Ce à quoi je tenais, c’est à vous dire qu’on avait tout fait sans me consulter et sans me mettre à même de vous dire mes regrets et mes remerciements. Mais vous n’avez pas douté de moi, j’espère, dans tout cela, et je compte bien que nous livrerons encore ensemble quelque sérieuse bataille. Merci de tout cœur pour la dernière, et, quand vous aurez une matinée à perdre, venez (en me prévenant toutefois un jour d’avance) me voir à Palaiseau. Vous me ferez un vrai plaisir.

À vous,
G. SAND.