Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DLXXII

À M. BERTON PÈRE, À PARIS


Palaiseau, septembre 1864.


Mon cher enfant,

J’étais tellement commandée par l’heure du chemin de fer, ce matin, que je n’ai pas fait retourner mon fiacre pour courir après vous. J’aurais pourtant voulu vous serrer la main et vous dire mille choses que je n’ai pu vous écrire. D’abord M. de la Rounat avait complètement disparu dans ses villégiatures de l’été, et je n’ai pu avoir de lui un mot d’explication. Ensuite un cruel malheur m’a frappée. Mon fils a perdu son enfant. J’ai été dans le Midi, et puis en Berry. J’ai pensé à Villemer et revu La Rounat presque à la veille de la reprise, que je ne croyais pas si prochaine. J’ai eu enfin le récit de ses péripéties à propos de vous, et je l’ai eu trop tard pour rien changer à ses résolutions, puisque vous étiez en pleine Sonora[1] et qu’il faisait répéter M. Brindeau. Le résultat final, c’est que M. Brindeau a très bien joué ; mais ce n’était pas une préoccupation égoïste qui me faisait réclamer la connaissance des faits antérieurs à son engagement. Je tenais bien plutôt à ne pas avoir été, à

  1. Berton venait de jouer les Pirates de la Savane.