Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/372

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par bandes de douze, me remercier et me féliciter ; tous très gentils et bien élevés. J’étais comme au milieu de nos jeunes gens de Nohant.

Retenez-moi cheval, voiture et mon postillon d’habitude pour samedi ; j’arriverai pour dîner. Quel bonheur de vous revoir, mes enfants, et avec un si beau résultat en main. Bigez mes amours de cocotes.


DCCXXVII

À GUSTAVE FLAUBERT, À PARIS


Nohant, 19 mars 1870.


Je sais, mon ami, que tu lui es très dévoué. Je sais qu’Elle[1] est très bonne pour les malheureux qu’on lui recommande ; voilà tout ce que je sais de sa vie privée. Je n’ai jamais eu ni révélation ni document sur son compte, pas un mot, pas un fait, qui m’eût autorisée à la peindre. Je n’ai donc tracé qu’une figure de fantaisie, je le jure, et ceux qui prétendraient la reconnaître dans une satire quelconque seraient, en tout cas, de mauvais serviteurs et de mauvais amis.

  1. Lettre écrite à propos du bruit qui courait, que, dans un des principaux personnages de son roman de Malgrétout, George Sand avait voulu peindre l’impératrice Eugénie ; lettre qui fut envoyée par Flaubert à madame Cornu, filleule de la reine Hortense et sœur de lait de Napoléon III.