Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui se passe ; la politique me paraît absorber tout.

Tiens-moi au courant. Si on ne te rendait pas justice, je me fâcherais et je dirais ce que je pense. C’est mon droit.

Je ne sais au juste quand, mais, dans le courant du mois, j’irai sans doute t’embrasser et te chercher, si je peux te démarrer de Paris. Mes enfants y comptent toujours, et, tous, nous t’envoyons nos louanges et nos tendresses.

À toi, mon vieux troubadour.
G. SAND.


DCCX

AU MÊME


Nohant, 4 décembre 1869.


J’ai refait aujourd’hui et ce soir mon article[1]. Je me porte mieux, c’est un peu plus clair. J’attends demain ton télégramme. Si tu n’y mets pas ton véto, j’enverrai l’article à Ulbach, qui, le 15 de ce mois, ouvre son journal, et qui m’a écrit ce matin pour me demander avec instance un article quelconque. Ce premier numéro sera, je pense, beaucoup lu, et ce serait une bonne publicité. Michel Lévy serait meilleur

  1. Sur l’Éducation sentimentale.