Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


milieu de son expansion, parce que demain peut amener un orage ? Jamais la pensée du danger n’a produit de pareilles démoralisations. Est-ce que nous sommes déchus à ce point qu’il faille nous prier de manger en nous jurant que rien ne viendra troubler notre digestion ? Oui, c’est bête, c’est honteux. Est-ce le résultat du bien-être, et la civilisation va-t-elle nous pousser à cet égoïsme maladif et lâche ?

Mon optimisme a reçu une rude atteinte dans ces derniers temps. Je me faisais une joie, un courage à l’idée de te voir ici. C’était comme une guérison que je mijotais ; mais te voilà inquiet de ta chère vieille mère, et certes je n’ai pas à réclamer.

Enfin, si je peux, avant ton départ pour Paris, finir le Cadio auquel je suis attelée sous peine de n’avoir plus de quoi payer mon tabac et mes souliers, j’irai t’embrasser avec Maurice. Sinon, je t’espérerai pour le milieu de l’été. Mes enfants, tout déconfits de ce retard, veulent t’espérer aussi, et nous le désirons d’autant plus que ce sera signe de bonne santé pour la chère maman.

Maurice s’est replongé dans l’histoire naturelle ; il veut se perfectionner dans les micros ; j’apprends par contre-coup. Quand j’aurai fourré dans ma cervelle le nom et la figure de deux ou trois mille espèces imperceptibles, je serai bien avancée, n’est-ce pas ? Eh bien, ces études-là sont de véritables pieuvres qui vous enlacent et qui vous ouvrent je ne sais quel infini. Tu demandes si c’est la destinée de l’homme de boire