Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/192

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous sommes malheureusement encore les fils de ceux qui s’envoyaient mutuellement à la guillotine, et les petits-fils de ceux qui s’envoyaient au bûcher, pour cause d’idées contraires. Il faut bien que nous apprenions à porter en nous notre propre pensée et nos propres croyances, sans exiger que les autres nous suivent et sans aimer moins ceux qui ne nous suivent pas. Ce n’est pas un idéal si bleu à entrevoir. La raison, d’accord en ceci avec le sentiment, admet déjà la tolérance : reste l’habitude à prendre. Essayons, chacun chez nous.

Maurice est très content que Mis Mary vous amuse. Il en était un peu dégoûté à cause des si et des mais de la Revue, qui prend à tâche de décourager tous ses rédacteurs, et qui, au fond, est bien plus avec les princes libertins et les duchesses amoureuses et dévotes de F…, qu’avec les Sand et consorts. Mais je lui remonte le moral, parce que son roman est véritablement un progrès sur ceux qui précèdent.

Embrassez, pour Lina et pour moi, toute la chère famille. Aurore vous envoie des baisers à poignée en se maniérant de la façon la plus comique.

G. SAND.