Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


venir incessant et éternel, et, quel qu’il soit, il m’est démontré intérieurement, par un sentiment invincible, qu’il est logique, et par conséquent beau et bon. C’est assez pour vivre dans l’amour du bien et dans le calme relatif, dans la dose de sérénité fatalement restreinte et passagère que nous permet la solidarité avec l’univers et avec nos semblables. Ma petite philosophie pratique est devenue d’une excessive modestie.

Je voudrais vous faire lire l’avant-dernier et le dernier roman que j’ai publiés, M. Sylvestre et le Dernier Amour, qui en est le complément. C’est naïf pour ne pas dire niais ; mais il y a, au fond, des choses vraies qui ont été bien senties, et qui ne vous déplairaient pas. Une page de cela de temps en temps pourrait vous faire l’effet d’une potion innocente, qui amuse l’ennui et la douteur. Si vous n’avez pas ces petits volumes sous la main, je dirai qu’on vous les envoie. Ils vous mettront en communication pour ne pas dire en communion avec votre vieille amie.

Je vous parle de moi, c’est en vue de notre idéal commun, du rêve intérieur qui nous soutient et qui vous remplissait de force et de sérénité, la veille d’une condamnation à mort. Vous voilà condamné à la vie maintenant, cher ami ! à une vie de langueur, d’empêchement et de souffrance, où votre âme stoïque s’épanouit quand même et vibre au souffle de toutes les émotions patriotiques.

Je remarque avec attendrissement que vous êtes resté chauvin, comme disent nos jeunes beaux esprits